- CELLIER -


Le village fut longtemps considéré comme le "CELLIER", lieu de récolte, grenier ou magasin des seigneurs de Polignac de Luc.
Au 11ème siècle, nous trouvons CELLARIUM (Cartullaire de Saint Chaffre), du latin CELLA :
magasin et CELLARIUS : économe, intendant, ce qui confirme la version de grenier, réserve alimentaire.
En 1275, nous trouvons "CELLARIO" décimes).
Deux siècles plus tard, en 1464, (estimes) il se transforme en "CELLIER".
En 1516, nous trouvons encore " CELLARIO LOICI " (décimes).
Au 18ème siècle enfin, on connait le version actuelle : "CELLIER DU LUC".

   - LUC -


LUC, sans doute dérivé de "LUG", cette divinité gauloise à qui l'on attribue tantôt le titre de dieu des hauteurs, tantôt celui des bois. Le mot latin "LUCUS" désigne un bois sacré enclos, Luc Garda, Lucus gardé. Le nom de ce dieu est de nos jours encore vivace.
En effet,on cultive toujours la "cloche de Lug" qui est la grande aunée, l'herbe qui guérit tout.
Le soir, en Aubrac, les bergers crient encore le fameux " alucs..., alucs... ", pour rassembler les troupeaux et évoquent ainsi, sans le savoir le dieu Lug.

Sous l'occupation romaine, le dieu Lug fut encore adoré dans les mêmes lieux, mais sous le nom de Mercure. La forêt de Mercoire qui s'étendait plus loin que Saint Eienne de Lugdarès (primitivement Luc-d'Arrès) et rejoignait la forêt de Bauzon, était sans doute un de ces lieux sacrés.

Cellier Du Luc - A propos - 2010